CLIMAT DES AFFAIRES

CLIMAT DES AFFAIRES

Les flux de revenus élevés provenant du pétrole ont entraîné une évolution structurelle profonde en Guinée Équatoriale au cours des vingt dernières années, surtout dans la construction et le développement des infrastructures de base. Ces revenus ont permis d’engager des dépenses publiques, évaluées à 4 066 milliards XAF (8,36 milliards USD), de développer des infrastructures de pointe, dont la ville nouvelle de Djibjoho (ou Oyala) sur le continent et de soutenir ses objectifs à plus long terme de diversification économique.

Pour se positionner comme un centre régional de transport et de fourniture d’électricité, le pays a fortement amélioré ses installations portuaires et aéroportuaires afin de devenir un pivot de transport régional de marchandises et de passagers. Le port de Malabo a été construit pour accueillir des navires d’un tirant d’eau de 16 mètres et d’une capacité de 10 000 conteneurs. Il peut servir d’escale pour des navires en provenance d’Asie et d’Europe et à destination d’Afrique de l’ouest et centrale. Ces améliorations des infrastructures permettent au pays de tirer profit de son emplacement stratégique favorable et d’accéder à un marché de plus de 130 millions de personnes.

Dans le secteur de l’énergie, la capacité a été augmentée de 120 MW avec la mise en service de trois turbines supplémentaires à la centrale de Punta Europa, sur l’île de Bioko près de Malabo, ce qui a rendu l’île autosuffisante en énergie. La centrale hydroélectrique de Sendji, qui fournira 200 MW supplémentaires, devrait entrer en service en 2015 et générer un excédent qui sera exporté vers le Cameroun et le Gabon.

Dans le cadre du projet « Africa Coast to Europe », lancé par France Telecom-Orange, la Guinée Équatoriale a récemment bénéficié de son raccordement au câble de fibre optique qui longe la côte africaine sur 17 000 km et qui permettra à 23 nations d’accéder à une connexion à Internet à haut débit.

Le pays améliore aussi son environnement réglementaire. Il met actuellement en place un Conseil national pour le développement économique et social et une Cour des comptes pour assurer la mise en œuvre effective de Vision 2020 (Plan national de développement socioéconomique).

Ces dernières années, la Guinée Équatoriale a enregistré des progrès importants en matière de renforcement de l’intégration régionale. Membre actif de la CEMAC, elle a œuvré à la poursuite du développement de liens commerciaux entre États membres et a réformé sa politique fiscale et son système douanier, de manière à réduire les droits et lever les restrictions quantitatives.

La stabilité politique du pays fait de l’investissement et du développement international une option sûre et pragmatique. En outre, le Président Obiang est déterminé à renforcer le rôle régional de la Guinée Équatoriale et à exercer une gouvernance économique proactive pour rendre le petit État plus attrayant.

 

MISSION

L’Ambassade de la Guinée Equatoriale à Bruxelles possède des compétences multiples, tant au niveau bilatéral qu’au niveau multilatéral. Il s’agit en effet de l’une des plus importantes missions diplomatiques étrangères du pays équato-guinéen.

Sur le plan bilatéral, sa compétence s’étend à toute la Belgique (pays hôte), aux Pays-Bas, au Luxembourg et à la République de Turquie, pays qui figurent sur la liste des principaux partenaires bilatéraux de la Guinée équatoriale.

Contacte

Ambassade à Bruxelles:
Place Guy d'Arezzo, 6 1180 Bruxelles, Belgique

Tel: 0032 (0) 2 346 25 09
Fax: 0032 (0) 2 346 33 09

Email: guineaecuatorial.brux@skynet.be

Heure d’ouverture:
Lundi – Vendredi 9h - 13h ou - 14h - 16h.